7759005364 096be0a8ba m
Ateliers d'Artistes Derrière le portail s'élève depuis la fin du siècle dernier une maison édifiée par l'architecte Taberlet avec des matériaux de récupération provenant des pavillons de l'Exposition universelle de 1889. Cette maison abrite une centaine d'ateliers d'artistes. Dans ces ateliers clairs et bon marché s'installèrent, bien avant la guerre de 1914, des peintres et des sculpteurs qui avait abandonné Montmartre pour chercher une nouvelle inspiration aux frontières du Quartier latin, autour du bal Bullier et de la Closerie des Lilas. Parmi eux, Othon Friesz (1879-1949), inspiré par Gauguin et Van Gogh, créa ici ses premières oeuvres "fauves" et Giorgio De Chirico, après y avoir rencontré Apollinaire et Picasso, ses voisins, s'orienta vers le surréalisme. L'écrivain autrichien Rainer Maria Rilke, venu faire ses études à Paris en 1902, y connut la misère, décrite dans son "Livre de Pauvreté et de la Mort", avant de rencontrer le sculpteur Auguste Rodin dont il devint le secrétaire.

9 rue Campagne-Première, Paris, France

7759947386 1542e66154 m
Hôtels des Missions étrangères Selon une habitude largement répandue dans les éstablissements religieux sous l'Ancien Régime, le séminaire des Missions étrangères réalisa une opération immoblière pour augmenter ses ressources financières. Ces deux hôtels mitoyens et identiques, destinés à être loués à une clientéle aristocratique, furent édifiés de 1713 à 1715 par l'architecte Claude-Nicolas Lapas-Dubuisson, et décorés par les sculpteurs Dupin et Toro. Confisqués à la Révolution, ils furent vendus au début du XIXe siècle. Chateaubriand, locataire d'un appartement au rez-de-chaussée, passa les dernières années de sa vie au no. 120. Il y acheva la rédaction des Mémoires d'Outre-Tombe. Chaque jour, il se rendait à l'Abbaye aux Bois, toute proche, où l'attendaient Juliette Récamier et ses familiers.

Hôtels des Missions étrangères. According to a widespread habit in religious establishments under the old regime, the Seminary of Foreign Missions Immoblière realized an operation to increase its financial resources. These two adjoining identical hotels, to be leased to an aristocratic clientele, were built between 1713 and 1715 by the architect Claude-Nicolas Lapas-Dubuisson, and decorated by sculptors Dupin and Toro. Confiscated during the Revolution, they were sold in the early nineteenth century. Chateaubriand, tenant of an apartment on the ground floor, spent the last years of his life at no. 120. He finished writing the Memoires d'Outre-Tombe. Every day he went to the Abbaye aux Bois, nearby, where he met Juliette Recamier and friends.

120 rue du Bac, Paris, France

Subjects
7765090800 e93dd6db02 m
La maison natale de George Sand "Cet accident de quitter le sein de ma mère m'arriva à Paris le 16 messidor an XII, un mois juste après le jour où mes parents s'engagèrent irrévocablement l'un à l'autre." Née parisienne, Aurore Dupin, petite-fille du maréchal de Saxe, n'en est pas moins élevée au château de Nohant, dans la campagne berrichonne, auprès d'une grand-mère fervente letrice de Voltaire. A treize ans, elle regagne la capitale pour être confiée au couvent des Dames anglaises. Mariée contre son gré au baron Dudevant en 1822, elle le quitte en 1831, pour conquérir son indépendance par l'écriture: sa collaboration avec un jeune écrivain, Jules Sandeau, lui donne l'idée d'adopter le pseudonyme de Sand, qu'elle rendra célèbre au cours de sa longue carrière.

46 rue Meslay, Paris, France

Subjects
7814109922 c640def7c8 m
Georges Méliès Né ici le 8 décembre 1861, Georges Méliès, fasciné dans son enfance par le théâtre tout proche de Robert Houdin, devient un illusionniste et prestidigitateur réputé. Enthousiasmé par l'avenir des images animées avant les frères Lumière eux-mêmes, il se fait construire le premier studio de l'histoire du cinéma, une sorte de hangar de 17 mètres sur 7, dans son jardin de Montreuil. Sa "Partie de cartes" date de 1896; il réalise alors plus d'une centaine de films, dont le célèbre "Voyage dans la lune", ancêtre de la science-fiction, long de 16 minutes. Inventeur de trucages sophistiqués, Méliès innove par l'irruption du merveilleux et du fantastique; il s'occupe lui-même de tout et fonde une maison de production, Star Films. Ruiné par la guerre et par l'explosion foraine du cinéma, il abandonne tout pour ouvrir un magasin de jouets près de la gare Montparnasse. Redécouvert en 1929, Méliès est président d'honneur de la Cinémathèque fondée par Langlois, de 1936 à sa mort, en 1938.

29 Boulevard Saint Martin, Paris, France

Subjects
7887600264 ca46083d30 m
Maisons du Moyen Age Les demeurs médiévales son très rares à Paris. Celles de la rue François Miron, à l'enseigne du Faucheur pour le 11, à l'enseigne du Mouton pour le 13, sont attestées au début du XVIe siècle et pourraient dater, dans leur état primitif, du XIVe siècle. Dès 1508, des ordonnances royales répétée interdisent les constructions en saillie, qui risquent de s'effondrer et de provoquer des accidents dans la rue. C'est pourquoi le pignon du 13 a été écrété au XVIIe siècle. Il a été reconstruit en 1967, à l'époque de la restauration de ces deux maisons. [image of the two buildings] En 1607, un édit ordonnait de couvrir de plâtre les pans de bois constituant l'armature des édifices afin de limiter les risques d'incendie. L'architecte les a dégagés et les a restaurés en suivant le dessin d'origine.

11 & 13 rue François-Miron, Paris, France

8063943269 03bd0ef1a6 m
Jeu de Paume Sous la règne de Louis XIII, le jeu de paume était très en vogue et l'on comptait près de 150 salles où s'y adonner à Paris. Poulletier obtint la concession de celle de l'île Saint-Louis et en entreprit la construction en 1634. Vaste halle rectangulaire à la toiture soutenue par de forts piliers en châtignier, le jeu de paume était pavé de pierre, ses murs et ses piliers peints en noir afin que les joueurs puissent mieux voir la balle recouverte de cuir blanc. On y pratiquait la courte paume qui, avec un longe paume jouée en plein air, est l'ancêtre du tennis. [drawing of people playing in the Jeu de Paume] Ce sport tombé en désuétude au XVIIIe siècle, la salle ferma en 1750. Elle est la seule de Paris à ne pas avoir été détruite.

54 rue Saint-Louis en l'Ile, Paris, France

8070006142 0fdff7e542 m
L'abbé Grégoire (1750-1831) Vers 1820 se retire ice l'une des figures les plus originales de la Révolution: Henri Grégoire, député du clergé aux Etats-Généraux en 1789. Rallié au Tiers état et siégeant à la gauche de l'Assemblée, il est l'un des premiers à prêter serment à la Constitution civile du clergé en 1790. Evêque constitutionnel de Blois, élu à la Convention, il y fait voter l'émancipation des juifs et l'abolition de l'esclavage dans les colonies (il publie même sa correspondance avec Toussaint Louverture dans les "Annales ecclésiastiques"). L'abbé Grégoire contribue encore à la fondation de l'Institut, dont il devient membre, et à la création du Conservatoire national des Arts et Métiers. Membre des Cinq-Cents, du Corps législatif puis du Sénat, il s'oppose au despotisme napoléonien et démissionne de son évêché après le Concordat. De nouveau élu député en 1819, il est empêche de siéger par les Ultras, et quitte alors la vie politique. Ses funérailles n'ent sont pas moins l'objet d'une grande manifestation républicaine en 1831, et depuis 1989, ses cendres reposent au Panthéon.

44 Cherche-Midi, Paris, France

8074488717 b91e7d12f6 m
Le laboratoire de physique de l'E.N.S. Originairement installé à l'angle sud du quadrilatère de la cour des Ernests, rue d'Ulm, le laboratoire de physique de l'Ecole normale supérieur s'installe ici en 1940, pour prendre réllement son essor après la guerre, avec la nomination d'un nouveau directeur, Yves Rocard. Plus spacieux, les locaux permettent alors la venue d'un certain nombre de professeurs et de chercheurs, et un redéfinition de la politique de recherche à un très haut niveau des orientations novatrices se dessinet vers la géophysique, la physique des solides et en particulier les semiconducteurs, la radio-astronomie et la physique des particules et des hautes énergies. Dès les années 1950, l'extension de ce laboratoire rend nécessaire son essaimage vers Orsay, Nançay, Meudon et d'autres centres. Par le développement de ses ressources et son ouverture sur l'extérieur, le laboratoire de l'Ecole normale supérieure a joué un röle considérable dans le renouveau de la physique française.

24 rue Lhomond, Paris, France

8643901899 efd7cbe67c m
Le Palais du Peuple L'Armée de Salut s'est implantée en France dès 1881, sous l'impulsion de Catherine, fille du général Booth, fondateur de l'oeuvre en Angleterre. Construit en 1912, son "Palais du Peuple" est un hôtel social qui accueille les hommes sans abri. En 1926, sous l'impulsion de la princesse Edmond de Polignac, héritière des puissants industriels américains Singer, un bâtiment sur la cour, donnant sur les jardins des Gobelins, est ajouté par Le Corbusier pour créer cent dis lits. Entre 1930 et 1933, l'architecte aménage pour l'Armée du Salut la péniche du quai d'Austerlitz et la Cité de Refuge. Le dortoire élevé ici, remarquable par son ouverture sur la lumière et l'espace du jardin des Gobelins, a été profondément modifié.

29 rue des Cordelières, Paris, France

Subjects
8653197718 1baec24928 m
Les Augustines Sur l'emplacement de l'Hôtel de Chalabre, les Augustines de la rue de l'Arbalète font élever, entre 1836 et 1840, un hospice de personnes âgées comprenant également un dispensaire, une clinique et un pensionnat pour enfants pauvres, sous l'impulsion de la supérieure Mère Angéle, originaire de Saumur. L'ensemble des bâtiments dessinés sous Louis-Philippe par l'architecte Antoine Chaland a conservé sa composition d'origine, dont le magnifique parc qui l'agrémente. Au centre de la cour d'entrée, la chapelle du Sacré-Coeur de Marie se détache face au porche donnant sur la rue. En 1984, une partie des locaux fut affectée à un séminaire sous le nom de Maison de Saint Augustin, l'hospice étant converti en hôpital.

29 rue de la Santé, Paris, France

8677448871 f88701f7bd m
L'immeuble Lavirotte Né d'un désir de rupture avec le passé et d'une réaction contra l'académisme, l'Art Nouveau s'est manifesté pendant une courte période, de 1890 à 1905 environ. Laissant libre cours à l'imagination créatrice, il apporte un souffle de jeunesse et de fantaisie. Ornementations surabondantes, nombreux motifs végétaux, les façades s'égayent de couleurs chatoyantes. Tous les matériaux sont utilisés: pierre, stuc, grès, céramique. Cet immeuble construit en 1901 par Jules Lavriotte pour le céramiste Alexandre Bigot est l'un des exemples les plus caractéristiques de l'Art Nouveau à Paris. La façade en grès flammé, d'une exubérance étonnante et harmonieuse, obtint le prix des façades de la Ville de Paris en 1903.

29 avenue Rapp, Paris, France

10120535814 733d693ced m
Le gratte-ciel no. 1 Construit par l'architecte Édouard Albert en 1960, cet immeuble de 65 mètres de haut est la première tour à usage de logements de Paris. Son architecture originale est le fruit de techniques novatrices: structures de poteaux d'acier creux, habillage de panneaux d'inox, matériaux préfabriqués, légers et économiques. La percée du 6e étage n'est pas une originalité esthétique, elle a été aménagée pour recevoir une passerelle qui aurait permis de rejoindre la rue Abel-Hovelaque, en enjambant les voies de garage du métro. Ce bâtiment original, qui figure à l'inventaire des Monuments Historiques, est l'un des rare représentants, avec certains bâtiments de l'université de Jussieu, de l'architecture tubulaire métallique mise au point par Albert.

33 rue Croulebarbe, Paris, France

Subjects
10737971015 41c0d4c69e m
L'Observatoire Le plus ancien des observatoires du monde en activité, créé par Colbert le 21 juin 1667, jour du solstice d'été, fixe par son orientation le méridien de Paris, matérialisé au second étage par un ligne de cuivre et servant de base à la méridienne de France. Bâti sur les plans de Claude Perrault, il accueille les plus grands astronomes français et étrangers: la dynastie des Cassini, de 1671 à la Révolution, le danois Römer qui, en 1676, y découvrit la vitesse de la lumière, Delambre et Méchain, pères du mètre, Arago, Foucault, Fizeau, Le Verrier, auquel on doit la découverte de Neptune, Esclangon, initiateur de l'horloge parlante en 1932, Danjon, créateur de l'astrolabe impersonnel en 1951, Lallemand, inventeur de la caméra électronique.

Place de l'Observatoire, Paris, France

13942342879 d691fa13f0 m
Cimetière du Montparnasse Sur des terrains appartenant à l'Hôtel-Dieu et aux religieux de l'hôpital de la Charité, s'élevait depuis le XVe siècle un moulin, transformé en guinguette après la Révolution, à l'époque où abondaient cabarets, bals et restaurants près des barrières du Montparnasse et du Maine. Lorsque la Ville de Paris décida, le 24 juillet 1824, d'ouvrir sur ces vastes terrains le nouveau cimetière du Montparnasse, ce moulin devint la maison du gardien; réduit à l'état de tour, il en reste un des principaux ornements. L'ouverture du cimetière déclencha un tollé parmi les cabaretiers qui craignaient d'y perdre leur clientèle. Son développement rapide entraîna l'établissement de marbriers, qui firent apel à des sculpteurs: Rude, Carpeaux et, plus tard, Bourdelle vinrent s'installer près des barrières du Maine et d'Enfer. Etendu sur 19 hectares, il regroupe plus de 34000 tombes, véritable campo santo des célébrités de Paris: ainsi le monument de Baudelaire représente un gisant au-dessus duquel se penche le génie du mal.

Montparnasse Cemetery, on land belonging to the Hôtel-Dieu and the Hôpital de la Charité, was from the fifteenth century a mill, then turned into a tavern after the Revolution, at the time abounded cabarets, dances barriers and restaurants near Montparnasse and Maine. When the City of Paris decided, on July 24 1824, to open on the vast land the new cemetery of Montparnasse, the mill became the keeper's house; no longer able to turn, it remains one of the principal ornaments. The opening of the cemetery sparked an outcry among publicans who feared losing their customers. Its rapid development led to the establishment of masons, who made appeal to sculptors: Rude, Carpeaux and later came to settle near Bourdelle barriers Maine and Hell. Spread over 19 hectares, it includes more than 34,000 graves, real campo santo celebrities Paris: Baudelaire and the monument is a lying above which looks evil genius.

3, boulevard Edouard Quinet, Paris, France

Subjects
13956120699 e8da66f53d m
Hôtel de Sens. L'archevêque de Sens avait l'évêché de Paris dans sa circonscription de Quatrième Lyonnaise et possédait une résidence dans cette ville depuis 1292. Devenu archevêque en 1475, Tristan de Salazar reconstruit dans le style flamboyant le plus beau des palais parisiens de cette époque. Paris est érigé en archevêques de Sens cessent d'utiliser l'hôtel et le louent. De 1689 à 1743, il devient le siège des "Messageries, coches et carrosses de Lyon, Bourgogne et Franche-Comté." D'autres entreprises de roulage leur succèdent, puis une conserverie, une fabrique de confitures, une verrerie, etc... La Ville de Paris rachète l'hôtel de Sens en 1911, et le fait restaurer pour y installer la bibliothèque Forney.

1 rue du Figuier, Paris, France

14175042465 09e8f42be5 m
Lycée Henry IV: En 510, Clovis fonda ici un sanctuaire dédié aux apôtres Pierre et Paul, où il se fit inhumer en 511, et sainte Geneviève en 512. Vers la fin du VIe siècle, transformé en abbaye, il possède une grande partie du quartier au sud jusqu'à Saint-Médard. De l'église, reconstruite vers 1180, reste la tour dite de Clovis. Subsistent encore le réfectoire du XIIIe siècle, le cloître (1746), des bâtiments et un escalier du XVIIIe siècle. Les 80000 volumes et 2000 manuscrits ont été transférés à la bibliothèque Sainte-Geneviève. L'abbaye a été affectée l'enseignement dès 1796: lycée Napoléon (1804), puis Henri IV (1815). Les fils de Louis Philippe, Musset, Scribe, Sainte-Beuve, Viollet-Le-Duc et Haussmann y ont été élèves.

23 rue Clovis, Paris, France

14171732131 888ce590b8 m
Eglise Saint-Etienne du Mont: Ses origines se confondent avec celles de l'abbaye royale de Sainte-Geneviève: d'abord simple chapelle dans une crypte, cette église paroissiale accolée au mur nord de sa voisine, date de 1222. Devenue insuffisante pour la plus grosse paroisse de l'Université, son choeur et son clocher sont rebâtis à partir de 1492. La première pierre de la façade occidentale est posée par Marguerite de Valois en 1610, et la dédicace célébrée le 15 février 1626 par Jean-François de Gondi, 1er archevêque de Paris. Elle possède le seul jubé monumental (1545) et le plus ancien buffet d'orgues de Paris (1631), un fragment de la châsse de sainte Geneviève, patronne de la ville, et un remarquable ensemble de vitraux (fin XVIe-XVIIe siècle) dûs à la générosité de ses paroissiens. Consacrée en temple de la piété filiale sous la Révolution, restaurée sous le Second Empire par Baltard, elle est le théâtre, le 3 janvier 1857, de l'assassinat de l'archevêque de Paris, Monseigneur Sibour, par le prêtre interdit Jean Verger.

Place Sainte-Geneviève, Paris, France

13988415757 9f26f69561 m
Ancienne Ecole polytechnique: Fondée en 1794 par la Convention, elle fut d'abord logée à l'hôtel de Lassay, aujourd'hui résidence de l'Assemblée nationale. Les élèves étaient alors externes. Napoléon1er lui attribua en 1805 les locaux des anciens collèges de Navarre (fondé en 1315), Boncourt et de Tournai. La chapelle, la sale des actes, le pavillon de théologie, qui dataient du Moyen Age, furent détruits de 1836 à 1875. En 1936, l'aménagement du pavillon Joffre a supprimé d'autres constructions du XVIIIe siècle: seul subsiste, en façade, un avant-corps de 1738. En 1977, la décentralisation a transféré l'Ecole polytechnique à Palaiseau. Ses bâtiments ont été affectés au ministére de la Recherche et de l'Espace, et au Collége de France.

5 rue Descartes, Paris, France

13988417517 de5c779f77 m
Collège Sainte-Barbe: En1460, un ancien régent de grammaire au Collège de Navarre, Geoffroy Lenormant, ouvre un établissement où viennent étudier Ignace de Loyola et François-Xavier, futurs fondateurs de l'ordre des jésuites, et peut-être aussi Calvin. Le curé de Saint-Hilaire, Robert Dugast, dote en 1556 ce collège des revenus nécessaires à la subsistance de quatre boursiers, un principal, un économe et un chapelain. Après des fortunes diverses, les bâtiments sont rachetés en 1798 par un ancien ecclésiastique rallié à la Révolution, Victor de Lanneau de Marcy (1758-1830), qui rebaptise l'institution "Collège des Sciences et des Arts, ci-devant Sainte-Barabe" et lui redonne un nouvel essor. Reçu à l'agrégation en 1821, Michelet y enseigne l'histoire entre 1822 et 1826; il prononce en 1825 un "Discours sur l'unité de la Science" resté célèbre. Alexandre Labrouste dirige l'établissement de 1838 à sa mort, en 1866, et ses frères édifient les bâtiments neufs, juste avant ceux de la bibliothèque Sainte-Geneviève.

4 rue Valette, Paris, France

14041131979 b64115a236 m
Dante rédige la Divine Comédie Depuis 1293, Florence est en proie à lutte incessante des partis guelfe et gibelin. Dante Alighieri, issu en 1265 d'une famille noble sans fortune, est proscrit en 1302, voué au bûcher s'il vient à être pris sur le territoire de la commune. Tous ses biens ont été confisqués, sa demeure brûlée; le poète mène alors jusqu'à sa mort, en 1321, une vie errante, et s'attache à la rédaction de son grand oeuvre. De passage à Paris, il célèbre dans ses écrits le "vico degli strami" (rue du fourrage); la rue tire en effet son nom des bottes de foin utilisées comme siège par les étudiants. Peut-être les Mystères représentés sur le parvis de Notre-Dame ont-ils contribué à nourrir l'inspiration visionnaire des cercles de l'Enfer!

10 rue Legrange, Paris, France

14016415530 88e349eedc m
Michel Saltzermann dit Fred Juif de Bessarabie Premier commandant de la F.T.P. M.O.I. des bataillons Carmagnole et Liberté a été tué par les troupes allemandes le 19 août 1944 au 2ème jour de la libération de Paris. Il defendait le Pont d'Austerlitz à la tête d'un groupe de partisans. Lui et ses 30 compagnons sont morts pour la France.

On the fence near the entrance to the Jardin des Plantes, facing the Quai Saint-Bernard, Paris, France

14048705930 18738e3e38 m
Le moulin de Croulebarbe Petite rivière dont le nom évoque en langue celte les castors qui y vivaient encore au Moyen Age, la Bièvre était dotée de nombreux moulins. En 1214, un moulin à eau situé à cet endroit est la propriété du chapitre de Notre-Dame. Ce moulin, qui tient son nom de celui de ses fondateurs, les Crollebarbe ou Croulebarbe, fait durant cinq siècles l'objet de litiges entre les chapitres (assemblées de chanoines) de Notre-Dame et de Saint-Marcel, dont il relève en principe. Il reste en activité jusqu'en 1826, date à laquelle il fournit encore son énergie à une usine de tréfilage. Le bief de Croulebarbe lui-même est supprimé, avec les dernières traces des deux bras de la Bièvre parisienne en 1912.

58 rue Corvisart, Paris, France

14136881517 9896f2d80a m
Cyrano de Bergerac. Savinien Cyrano de Bergerac (1619-1655) effectue ses études ici, au Collège de Dormans-Beauvais, avant de s'illustrer au combat, où son ardeur lui vaut le surnom de démon de la bravoure, et dans les polémiques littéraires. Mousquetaire à 19 ans et duelliste intrépide, il quitte l'armée pour se consacrer à l'écriture après une grave blessure à la gorge reçue au siège d'Arras. Ce disciple de l'astronome Gassendi se fait connaître par une comédie, le Pédant joué", qui inspire Molière; après une "Physique ou Science des choses naturelles", il donne libre cours à sa fantaisie dans les "Histoires comiques des Etats et Empires de la lune et du Soleil." La veine burlesque de ces publications posthumes amuse, mais leurs idées annoncent les philosophes des Lumières: non content d'imaginer la première montgolfière ou la rotation de la terre, Cyrano s'y livre à une satire de la religion et de l'absolutisme pour exposer une conception matérialiste de l'univers proche de l'athéisme.

9 rue Jean de Beauvais, Paris, France

Subjects
13924746357 ba400f2aed m
Le Jardin des Plantes Sous le patronage de Louis XIII, le médecin Guy de la Brosse fonde en 1633 le jardin des plantes médicinales, ouvert au public dès 1645. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, on y professe l'anatomie, la botanique et la chimie. Buffon, intendant de 1739 à 1788, agrandit le jardin jusqu'à la Seine, et Verniquet édifie le belvédère en 1788 au sommet du labyrinthe. En 1793, Bernardin de Saint-Pierre ouvre la ménagerie et Lakanal crée le Museum d'Histoire naturelle, pourvu de douze chaires illustrées par Cuvier, Lacépède, Lamarck. Sa célère bibliothèque conserve la collection des vélins du roi légués par Gaston d'Orléans. Le jardin a gardé l'érable de Tournefort (1702), le cèdre de Jussieu (1734) et l'if de Buffon (1750).

Corner of rue Geoffroy St. Hilaire and rue Buffon, Paris, France

Subjects
13942014667 669c6874cc m
Ancienne abbaye de Port-Royal: Réunie au groupe hospitalier Cochin, la maternité Baudelocque-Port-Royal abrite les bâtiments construits en 1625 pour les religieuses cisterciennes de Port-Royal. La chapelle, élevée en 1646-47 par l'architecte Antoine Lepautre, et le cloître adjacent, bâti entre 1652 et 1655, forment encore un incomparable asile de paix. Gagnées aux idées réformatrices et à l'austérité janseniste de leur aumônier, l'abbé de Saint-Cyran, les religieuses furent mises en demeure par Louis XIV, en 1664, de renoncer à leur doctrine; sur leur refus, il les fit expulser. Ce tragique épisode a inspiré a Henri de Montherlant, en 1954, la pièce "Port-Royal." En 1681, la duchesse de Fontanges, favorite de Louis XIV, mourut à Port-Royal (passé aux Visitandines) des suites d'un accouchement prématuré.

On the corner of Blvd du Montparnasse and rue du Faubourg Saint-Jacques, Paris, France

14189788518 040bcc0473 m
Hôtel de Mondragon. Ouverte en 1718 à l'emplacement du bastien Vendôme de l'enceinte de Louis XIII, la rue d'Antin est vite lotie et bord/eee de belles demeures. La plus prestigieuse, construite en 1720, est habitée par Etienne Bourgeois de Boynes, trésorier de la Banque de Law. En 1754, cet hôtel est acheté par Duval de l'Epinoy, qui l'offre à sa fille, Marquise de Mondragon. Confisqué en 1793, l'hôtel héberge de 1795 à 1833 la mairie du deuxième arrondissement. Napoléon Bonaparte y épouse Joséphine de Beauharnais le 9 mars 1796. En 1869, la Banque de Paris, nouvellement créée, s'installe dans l'immeuble. Devenue en 1871 la Banque de Paris et des Pays-Bas, c'est aujourd'hui Paribas.

Hôtel de Mondragon. Opened in 1718 to the site of the bastien Vendôme of the Louis XIII precinct, the Rue d'Antin was quickly subdivided and bordered by beautiful mansions. The most prestigious, built in 1720, was inhabited by Etienne Bourgeois de Boynes, Treasurer of the Bank of Law. In 1754, this hotel was bought by Duval de l'Epinoy, who offered it to his daughter, Marquise de Mondragon. Confiscated in 1793, the house held from 1795 to 1833 the town hall of the second arrondissement. Napoleon Bonaparte married Joséphine de Beauharnais here on March 9, 1796. In 1869, the newly created Banque de Paris moved into the building. Becoming in 1871 la Banque de Paris et des Pays-Bas, it is today Paribas.

3 rue d'Antin, Paris, France

Subjects
14171737171 7f4ffff858 m
La bibliothèque Sainte-Geneviève. Construite par Labrouste de 1844 à 1850, elle occupe l'emplacement d'un des plus célèbres collèges de la montagne Sainte-Geneviève, connu surtout pour la sévérité de sa règle; au collège de Montaigu, fondé au XIVe siècle, Erasme, Calvin et Ignace de Loyola firent une partie de leurs humanités. Derrière sa façade très austère se cache une vaste salle de lecture à deux vaisseaux supportés par une arcature métallique, préfiguration de la salle des Imprimés à la Bibliothèque nationale. La bibliothèque conserve des fonds précieux, hérités de l'ancienne abbaye des génovéfains, sa voisine, actuellement lycée Henri IV: manuscrits et partitions musicales uniques du Moyen Age au XVIIIe siècle.

10 place du Panthéon, Paris, France

14528649341 610ef6dc4b m
Place de la collégiale. Ici se situait jusqu'en 1874 la place centrale de Saint-Marcel, village fortifié, puis faubourg de Paris annexé sous Louis XV. C'était un ancien cloître, joignant depuis le XIe siècle la collégiale Saint-Marcel et l'église Saint-Martin. Recouverte par le boulevard Saint-Marcel, elle consistait en un rectangle parallèle à l'actuelle des Gobelins, d'environ 70 mètres par 45. La "ville" Saint-Marcel - ou Saint-Marceau - fondée au Ve siècle, s'étendit en cercles successifs de la Bièvre à la rue de la Reine-Blanche, puis à la rue Le Brun. Vignobles à l'est, carrières au sud, bouchers, tanneurs au nord, puis brasseurs, teinturiers et tapissiers à l'ouest assuraient une richesse qui ne dura guère au delà du XVIIe siècle.

83 Boulevard Saint Marcel, Paris, France

14573851391 8b514decae m
Place de Grève. La chute de l'empire romain et le déclin de la vie économique entraînèrent la fin de l'entretien des routes et la prédominance des voies fluviales. Sur un terrain sablonneux bordant la Seine, la grève, était débarqué l'approvisionnement des habitants de Paris. Sur cette place de Grève avaient lieu les exécutions capitales aussi bien que les réjouissances populaires, notamment les feux de la Saint-Jean. Sous Henri IV, le gibet fut remplacé par une fontaine. La guillotine y fut utilisée pour la première fois le 25 avril 1792. C'est là que se réunissaient les ouvriers sans travail, d'où l'expression "faire la grève". Jusqu'au XIXe siècle, la place de Grève représentait seulement le quart de l'actuelle place de l'Hôtel-de-Ville.

Hôtel de Ville de Paris, facing the rue de Rivoli, Paris, France

14390779207 3d122f0733 m
L'enceinte de Philippe-Auguste. Les remparts édifiés au début du XIIIe siècle n'ont jamais servi militairement jusqu'à l'époque de Charles V: sur la rive gauche, ils sont jugés en core suffisants au XIVe siècle, et simplement consolidés puis entourés d'un fossé sec. La rue Mazarine en témoigne: cet ancien chemin extérieur de l'enceinte de Philippe-Auguste est en effet baptisé au XVIIe siècle "rue des Fossés de Nesle." Avec l'essor de la capitale, les fortifications médiévales sont lentement absorbées dans le tissu urbain: la muraille devient limite de propriété, soubassement de maison ou carrière de pierres, et ses tours servent de logis, d'atelier, ou même de chapelle. Ici, un long pan de mur et la base d'une tour sont visibles à l'intérieur du parc de stationnement souterrain. Ces remplois successifs ont sauve-gardé de multiples fragments de l'enceinte monumentale, la préservant ainsi d'une démolition radicale.

27 rue Mazarine, at the Passage Dauphine, Paris, France

14614661641 efeb42dca7 m
Le Café Voltaire. L'établissement, fondé en 1750, a sans doute été fréquenté par Camille et Lucile Desmoulins, qui habitaient la maison voisine, jusqu'à leur arrestation; il est décrit par Balzac en 1827 dans une étude philosophique, "Les martyrs ignorés". Pendant les dernières années du Second Empire, Gambetta et ses amis aiment à s'y réunir. Aux environs de 1880, le "Grand Café-Restaurant Voltaire" fait figure de véritable rendez-vous politique et littéraire: Verlaine y laisse des dettes, André Gide, Jean Moréas, Anatole France, Alfred Vallette et Rachilde y ont leurs habitudes. Un peu plus tard, il devient le repaire favori des poètes symbolistes, où Gauguin côtoie Mallarmé "coiffé d'un béret basque, affublé d'un macfarlane innommable et chaussé de sabots sculptés."

1 Place de l'Odéon, Paris, France

14398747307 04a9651daa m
La tour de Nesle. Premier élément de l'enceinte de Philippe-Auguste sur la rive gauche, la tour Philippe Hamelin, édifiée vers 1200, porte d'abord le nom du prévôt qui préside à sa construction. Elle fait ensuite partie du puissant ensemble fortifié de l'hôtel de Nesle, bâti vers 1270 sur le clos de Laas et acquis par Philippe le Bel en 1308. La légende garde le souvenir du martyre des trois princesses de Bourgogne, Marguerite, Blanche et Jeanne, épouses des futurs rois Louis X, Philippe V et Charles IV, accusées par leur belle-soeur Isabelle de France d'y recevoir Gaultier et Philippe d'Aulnay, aussitôt torturés et décapités. La "bonne reine Jeanne" reste vivante dans les mémoires grâce à Villon: "Mais où sont les neiges d'antan?"

La tour de Nesle - 19 Impasse de Conti, Paris, France

14460212388 b68ce1d1f8 m
Couvent des Cordelières. Fondation royale, le couvent des Cordelières est construit à la fin du XIIIe siècle sur le voeu de Marguerite de Provence, veuve de saint Louis. Cette propriété de huit hectares, hors Paris, se trouve enrichie par leur fille Blanche, qui y meurt en 1320. Plusieurs fois inondées par les crues de la Bièvre, l'église et ses annexes sont profanées et dévastées en 1590, lors du siège de Paris par Henri IV. Vendu en 1796,ce riche couvent devient le siège d'industries liées à la Bièvre: tannerie, blanchisserie. En 1834, les bâtiments sont transformés en "hôpital de Lourcine". La construction du nouvel hôpital Broca, entra 1972 et 1982, les a fait disparaître, mais a permis de dégager les vestiges de l'ancien réfectoire gothique.

corner of rue Julienne and rue Pascal, Paris, France

14663809225 b45f0a6d91 m
Attentat de Fieschi. Joseph Fieschi organisa en 1835, avec l'aide de Pépin et Morey, membres de la Société des Droits de l'Homme, un complot contre Louis-Philippe. Il loua une chambre au troisième étage de la maison située 42, boulevard du Temple pour y construire une machine infernale, composée de vingt-cinq canons de fusils. Le 28 juillet, alors que le roi passait en revue la garde nationale sur les boulevards, l'attentat l'épargna, mais tua dix-neuf personnes, dont le général Mortier. Condamnés à mort, Fieschi, Pépin et Morey furent décapités. La maison fut démolie en 1842. De 1856 à 1869, Gustave Flaubert habita le troisième étage du nouvel immeuble, où il composa Salammbô et l"Education sentimentale. Le sculpteur Emmanuel Frémiet y avait un magasin de 1855 à 1872.

42 Boulevard du Temple, Paris, France

14694434273 edaf793995 m
Eglise Saint-Roch. En 1521 s'élève ici une chapelle dite de Sainte-Suzanne ou des Cinq-Plaies. Agrandie en 1577, elle est placée sous le patronage de saint Roch. Erigée en 1633 en église paroissiale, Saint-Roch est reconstruite par Le Mercier. Faute d'argent, le chantier s'éternise. En 1719, le financier John Law s'y convertit au catholicisme et fait un don de 100 000 livres qui permet de terminer la nef. La façade dessinée par Robert de Cotte est enfin édifiée, et l'église consacrée le 10 juillet 1740. Le 5 octobre 1795 (13 vendémiaire an IV), le général Bonaparte installe une pièce d'artillerie dans le cul-de-sac Dauphin (prolongement de la rue St-Roch vers le sud) et mitraille les insurgés sur les marches de l'église.

296 rue Saint Honoré, Paris, France

14716493153 b5dc5c0b7d m
La Cité Fleurie. En 1878, un promoteur entreprend de construire une série d'ateliers d'artistes avec les matériaux provenant du démontage de l'Exposition Universelle sur un terrain vague attenant à une petite maison du XVIIIe siècle. Le renom de ses locataires et occupants va rendre la Cité fameuse: Eugène Grasset, initiateur du style 1900 ou Pierre Roy, peintre des natures mortes surréalistes. Rodin, Bourdelle, Maillol, y font patiner leurs bronzes. L'atelier de Daniel de Monfreid a été le logement précaire de Gauguin; le no. 9, celui de Modigliani; le no. 22 abrita Jean-Paul Laurens, puis César Domela. En 1973, l'opiniâtreté du peintre Cadiou et des artistes de la Cité Fleurie en a fait un site protégé.

65 Boulevard Arago, Paris, France

14663811845 005ba070c2 m
Le Cirque d'Hiver. Louis Dejean, propriétaire du Cirque d'Été bâti dans les jardins des Champs-Élysées, voulut aussi ouvrir un cirque pendant la saison d'hiver. Grâce à l'appui du duc de Morny, il obtint le terrain situé à emplacement de l'ancien réservoir des sources de Belleville. Jacques Ignace Hittorff, architecte du Cirque d'Été et de la Gare du Nord, construisit le nouvel édifice en 3 mois. L'établissement, terminé peu après le 2 décembre 1852, prit le nom de cirque Napoléon. Ce polygone à 20 côtés, d'un diamètre de 41 mètres, pouvait contenir 4,000 spectateurs, aujourd'hui 2,090. Administré en 1870 par Victor Franconi, puis par son fils Charles de 1897 à 1907, le cirque passe sous la direction des frères Bouglione en1934.

110 rue Amelot, Paris, France

14460205978 7cd862b694 m
Saint-Benoît Bétourné. En 1431, maître Guillaume de Villon, répétiteur de droit canonique, devient chapelain de cette église aujourd'hui disparue, dont le choeur, orienté à l'ouest, justifie le surnom de "mal tournée." Cette année-là naît François de Montcorbier: orphelin pauvre, entré à six ou sept ans au service du bon chapelain, le futur poète en garde le souvenir attendri d'un père adoptif, dont il rendra le nom célèbre. D'abord enfant de choeur, reçu bachelier à 18 ans, et licenciée es-arts en 1452, il passe ici le "temps de sa jeunesse follè", plus attiré par les tavernes et les filles que par la vie scolastique. De rixes en chapardages, il doit s'exiler de la capitale, et sa trace se perd après 1463: "Frères humains, qui après nous vivez, N'ayez le coeur contre nous endurci..."

123 rue Saint-Jacques, Paris, France

14568137388 0a3ab1c64e m
Hospice des Quinze-Vingts. Touché par la détresse des aveugles de Paris, saint Louis fit édifier en 1260 un hospice destiné à en héberger 15 fois 20, soit 300. La tradition veut qu'on y art d'abord logé ceux qui avaient eu les yeux crevés par les musulmans en Egypte durant la septième croisade. Eudes de Montreuil construisit la chapelle, érigée en église paroissiale des 1282 et bordée d'un cimetière. Entreprise à partir de 1748 par L'abbé et Martin, la reconstruction des bâtiments croulants de vétusté n'était pas terminée en 1772 lorsque les travaux furent arrêtés. L'hospice fut alors transféré au faubourg Saint-Antoine, dans la caserne des mousquetaires noirs de la rue Charenton, et le cardinal de Rohan mit en vente terrains et bâtiments.

161 rue Sainte-Honoré, Paris, France

14796466341 c961dc08a0 m
Le cimetière Montmartre. Au dix huitième siècle, ce terrain sert d'accès aux nombreuses carrières de plâtre de la colline. Transformé en fosse commune pour les victimes émeutes sous la Révolution, il garde cette vocation de nécropole, d'assez sinistre mémoire, sous le nom de "Cimetière de la Barrière blanche": les parisiens, exilés de la capitale après la fermeture de tous les cimetières intra-muros pour raison d'hygiène, y sont inhumés dans des conditions déplorables. Officiellement ouvert le 1er janvier 1825, le Cimetière du Nord est désormais protégé contre les pilleurs de sépultures: il perd ainsi en 1856 l'un de ses conservateurs, M. de Vaulabelle, inventeur d'un système de pièges avec mise à feu, victime de son devoir pour s'être envoyé une décharge mortelle en pleine poitrine!

20 Avenue Rachel, Paris, France

14621981418 7be52f206c m
Les Arènes de Lutèce. Peut-être dès la fin du 1er siècle après Jésus-Christ fut construit un amphithéâtre à simple appareil de pierres, sans aucun chaînage de briques. Ruiné par les invasions barbares du IIIe siècle, ses matériaux sont remployés par les Gallo-Romains, réfugiés dans l'île de la Cité. S'il laisse une trace dans la topographie médiévale sous le nom de clos aux arènes, son emplacement exact reste ignoré jusqu'en 1858. Redécouvert à l'ouverture de la rue Monge en 1869, sur un terrain acquis par la Compagnie Générale des Omnibus pour y installer ses véhicules et ses écuries, il est exposé a la démolition. L'opinion publique, émue de l'affaire, ouvre une souscription pour son rachat, mais il faut attendre 1917 pour le voir restauré dans son état actuel.

49 rue Monge, Paris, France

14784601006 7fdc8d60cb m
Rue Saint-Antoine. C'est la voie romaine de Paris à Melun, dallée et surélevée au dessus du marais environnant, qui a servi de socle à la rue Saint-Antoine. Elle s'étendait, par l'actuelle rue François-Miron, jusqu'au pont Notre-Dame, emplacement probable du pont romain qui reliait l'île de la Cité à la rive droite. Exceptionnellement large pour son temps, cette rue était nommée cours Saint-Antoine et servait de terrain de jeu et de lieu de promenade. La Bastille la fermait à l'est et les demeures royales de l'hôtel Saint-Pol et des Tournelles, au voisinage de la forteresse, en faisaient un lieu de résidence privilégié. Le 30 juin 1559, un carrousel y fut donné pour célébrer la double union de la soeur du roi Henri II, Marguerite, avec le duc Emmanuel-Philibert de Savoie, et de sa fille, Elisabeth de France, avec Philippe II d'Espagne, gage de paix entre ces pays. Au cours de la troisième et dernière joute, le tronçon rompu de la lance en bois de Montgomery, capitaine de la garde écossaise, pénétra sous la visière du casque royal et s'enfonça profondément au-dessus de l'oeil droit: Henri II en mourut après dix jours d'agonie.

137 rue Saint-Antoine, Paris, France

14811348822 a1de8732f3 m
Les coches d'eau. L'eau est le plus ancien mode de transport, utilisa bien avant l'intervention de la roue. La corporation des nautes lègue d'ailleurs à la capitale son sceau et sa devise "Fluctuat nec mergitur"! Au Moyen Age déja, la Seine représente la première voie commerciale de la France du Nord, et un "corbilliat", ou coche d'eau, assure la navette entre Paris et Corbeil. Sous l'influence de Colbert, soucieux de développer la batellerie en France, Louis XIV accorde en 1665 des lettres patentes qui fixent précisément les conditions de transport des passagers. Ils ne devaient pas être plus de 16, et "pour prévenir les difficultés et les querelles, les salaires des bachoteurs étaient réglés par le prévôt des Marchands et les Echevins, avec défense d'exiger de plus forts droits, de jurer ni de blasphémer, d'insulter ni injurier par parole ou par voie de fait les bourgeois ou autres, soit sur les ports, soit dans les bachots..." En 1754, les galiotes reliaient quotidiennement le Pont Royal à Sèvres et Saint-Cloud, pour 5 sols par personne.

quai St. Michel, Paris, France

14638215527 59b6148f57 m
Eglise Saint-Médard. Dès 1163, un religieux de l'abbaye Sainte-Geneviève desservait une chapelle dans la "Ville Saint-Médard". L'église actuelle date du milieu du XVe siècle pour la nef et la façade, de 1560-1586 pour le choeur et les chapelles, de 1665 pour les bas-côtés. Le buffet d'orgues date de 1647. En décembre 1561, l'église fut saccagée par les protestants du quartier: c'est le "tumulte" Saint-Médard. Entre 1728 et 1732, nouveaux "vacarmes", pèlerinages, guérisons miraculeuses, et scènes d'hypnose collective, autour de la sépulture du diacre janséniste François de Paris. Sur la porte murée le 27 janvier 1732, une main anonyme inscrivit: "De par le Roi, défense à Dieu de faire miracle en ce lieu".

Rue Mouffetard, next to the Square Saint Médard, Paris, France

14883497142 ab37d0b9c5 m
L'Hôtel de Scipion Sardini. Toscan venu en France dans la suite de Catherine de Médicis, ce financier "naguère sardine, aujourd'hui grosse baleine" amasse en quelques années une fortune considérable. Il choisit alors d'établir sa résidence dans ce quartier tranquille, constitué de vergers, de champs et de vignobles, et se fait construire en 1565 un hôtel de pierre et de brique, premier exemple du genre. Un étage et un comble bas reposent sur une galerie formée de larges arcades en plein cintre, ornées de médaillons en terre-cuite. Fort de la confiance de la reine, il épouse en 1567 une de ses parentes éloignées, Isabelle de Limeuil, membre du célèbre "escadron volant", qui venait d'avoir un fils du prince de Condé. Chargé sous Henri III de la perception de taxes impopulaires sur les auberges et les cabarets, il devient baron et banquier du roi. Moins en faveur sous Henri IV, il se consacre aux arts et aux lettres jusqu'à sa mort, en 1609. En 1614 son hôtel, dont les jardins descendent jusqu'à la Bièvre, est transformé en hôpital Sainte-Marthe, destiné à loger les pauvres; sa propriété passe à l'Hôpital général en 1656, qui l'affecte en 1676 à la boulangerie des hospices civils de Paris.

13 rue Scipion, Paris, France

14390534080 a59335ec49 m
L'Observatoire a ete construit de 1667 a 1672 sur les plans de Claude Perrault membre de l'Academie des Sciences

61 Avenue de l'Observatoire, Paris, France

15345089241 04f39142e8 m
Couvent des Céléstins. Le couvent des Célestins de Paris fut fondé en 1352; en 1365 fut posée la première pierre de leur église consacrée à l'Annonciation. Leur domaine était très vaste, s'étendant de la rue du Petit-Musc à la Bastille et à la Seine. Au milieu du XVIe siècle, le roi reprit aux religieux un partie des terrains pour y installer l'Arsenal. Le cloître fut reconstruit sous François 1er, et les autres bâtiments conventuels furent refaits au XVIIe siècle. Transformée en dépôt de bois durant la Révolution, l'église gothique fut ravagée par un incendie en 1795. Le cloître fut sacrifié à l'extension de la caserne pendant le Consulat, et les derniers bâtiments disparurent entre 1895 et 1901, lors de la construction de la nouvelle caserne.

18 Boulevard Henri IV, Paris, France

15551740795 82e738f4e4 m
Cité Internationale Universitaire. Sur un terrain de 40 hectares libéré par la démolition des anciennes fortifications fut créée, à partir de 1920, la Cité Internationale Universitaire, destinée à "favoriser les échanges entre les étudiants de toutes les nationalités choisis à un niveau élevé de leurs études et compte tenu de leurs ressources". Trente-sept pavillons, élevés entre 1923 et 1968, forment un ensemble architectural original et varié ainsi la très anglo-saxenne Fondation Deutsch de la Meurthe (Lucien Bechmann, 1925), la Fondation Suisse (Le Corbusier, 1932), le Collège néerlandais (W. Marinus-Didok, 1938) d'esprit cubiste, ou la Fondation franco-brésilienne (Lucio Costa et Le Corbusier, 1959). La Cité accueille près de 5000 étudiants de 120 nationalités différentes; elle dispose également d'une maison internationale ouverte à tous, d'un hôpital et d'une église dédiée au Sacré-Coeur des Etudiants, construite, faute de place, sur le territoire de Gentilly.

19 boulevard Jourdan, Paris, France

14992426649 92ecf9dff0 m
Paul-Louis Courier, né a Paris, rue du Mail, le 4 Janvier 1772, habita cette maison de 1785 a 1791.

11 rue de l'Estrapade, Paris, France

15464093929 8c0f29121c m
Hotel de Sourdeac. Bati en 1646 sur l'emplacement de l'hotel de Garanciere. Mairie de l'ancien XIe arrondissement de 1818 a 1849.

8 rue Garancière, Paris, France