Hôtel de Grimaldi-Régusse dit Boyer de Fonscolombe Construit vers 1650, pour Charles de Grimaldi-Régusse, Président au Parlement, cet hôtel porte aussi le nom de Saporta, dernier propriétaire et grand collectionneur de fossiles, que l'on trouve en quantité autour d'Aix. Il passe aux Boyer de Fonscolcombe en 1743, qui en réduisent la cour-jardin dans un partage avec l'hôtel des Thomassin de Saint-Paul, les deux hôtels partageant désormais une grille intérieure et une fontaine. La façade est redessinée en 1757 par Laurent Vallon, qui lui donne un aspect simple et horizontal, par l'absence de corniches soulignées. L'arc de la porte à carrosse, surbaissé (presque horizontal), sert le même but.

Built in 1650 for Charles de Grimaldi-Régusse, President of the Parliament, this hotel is also named after Saporta, the last owner and collector of fossils, which is found in quantities around Aix. It passes to the Boyer de Fonscolcombe in 1743, which reduce the courtyard garden in a sharing with the hotel Thomassin of Saint-Paul, both hotels now sharing an internal gate and a fountain. The facade is redesigned in 1757 by Laurent Vallon, which gives it a simple and horizontal aspect, by the absence of underlined cornices. The bow of the carriage door, lowered (almost horizontal) serves the same purpose.

Rue Gaston de Saporta, Aix-en-Provence, France

Subjects
Cathédrale Saint-Sauveur Sa construction s'étale sur plus d'un millénaire, depuis le réemploi d'eléments romains dans la partie sud, jusqu'aux chapelles baroques du collatéral nord. Ceci fait de la cathédrale un abrégé d'architecture et d'histoire de l'art. Le premier groupe épiscopal s'élève sur le forum romain et reçoit le baptistère du 5e siècle avec ses colonnes datent du 12e siècle. Le clocher commencé en 1323 ne reçoit ses cloches qu'en 1430. Leur succèdent au 14e siècle la nef principale gothique puis au 15e siècle, la façade de style gothique flamboyant. Les vantaux de la porte, finement travaillés, sont sculptés en 1510 par des artisans imagiers locaux autour de Jean Guiramand. Les chapelles baroques l'agrandissent au nord à la fin du 17e siècle. La cathédrale abrite le triptyque du "Buisson ardent", peint en 1476 par Nicolas Froment, sur lequel le Roi René et la Reine Jeanne de Laval sont représentés en prière.

La Cathedrale St-Sauveur - Place de l'Universite, Aix-en-Provence, France

Subjects
Fontaine des Bagniers Peut-être déjà utilisée à l'époque romaine pour des thermes, son nom même fait référence en langue provençale à des bains. Cette fontaine connut de nombreux remaniements. La source d'eau chaude qui l'alimentait fut captée en 1685 dans une fontaine au centre de la place. Adossée au bâtiment pour faciliter la circulation en 1756 par Georges Vallon, ses eaux chaudes furent détournées vers le Cours Mirabeau et remplacées par des eaux froides. La vasque est de pierre, les mascarons érodés, à têtes d'anges, entre les pilastres à refends, sont de marbre. Le portrait en médaillon de Paul Cézanne est en bronze, dessiné par Auguste Renoir; c'est un don du marchand de tableaux Ambroise Vollard à la ville d'Aix en 1926.

Fontaine des Bagniers - Rue des Chapelliers, Aix-en-Provence, France

Subjects
Hôtel Croze de Peyronetti Construit sous Henri II à la fin du 16e siècle, dans un style italien maniériste par l'architecte Paul Lombard, il est la représentant le plus caractéristique des architectures privées d'Aix pour ce siècle. L'impostant encadrement de la porte à bossages vermiculés frappe tout d'abord et contraste avec la légéreté des frises du premier étage, ornées de bucranes et de trophées. Les pilastres doubles du premier étage, d'ordre toscan, encadrent des fenêtres dont les ferronneries des balcons datent du 17e siècle. A l'origine le bâtiment n'avait qu'un étage et fut surélevé peu aprés la construction.

Hotel Croze de Peyronetti built under Henry II in the late 16th century in an Italian Mannerist style by architect Paul Lombard, it is the most characteristic representative of private Aix architectures for this century. The impostant doorway to vermiculated bosses strikes first and contrasts with the lightness of the first floor friezes adorned with bucrania and trophies. Double pilasters of the first floor of Tuscan order, frame windows with wrought iron balconies from the 17th century. Originally the building had only one floor, which was raised soon after construction.

Rue de l'Aude, Aix-en-Provence, France

Subjects
Hôtel Gautier du Poët A cet emplacement existant un moulin à eau, hors les murs jusqu'en 1656, qui fournissait en farine les boulangers d'Aix. L'hôtel fut construit en 1730 pour Henri Gautier, roturier, clerc de notaire avisé, enrichi par sa charge de Trésorier des Etats de Provence. Il fut anobli en 1724 par l'achat des terres de Vernègues et de celles du Poët près de Sisteron. L'imposant édifice, entièrement décoré, s'élance en bauteur par ses chaînages à refends dans les angles. Il ferme le Cours Mirabeau par sa façade proposant des visages tous différents. Sa porte encadrée de pilastres doriques, est surmontée d'un balcon à l'élegante ferronnerie Louis XV, que soutiennent deux consoles à têtes de lions.

Hôtel Gautier du Poët - Cours Mirabeau , Aix-en-Provence, France

Subjects
Passage Agard Le couvent des Grands Carmes s'établit dans ce quartier en 1359. Il fut saisi , vendu, divisé en habitations et en partie détruit durant la Révolution. Toutefois certains magasins du passage conservent sa mémoire et montrent des sculptures médiévales et des arcs gothiques dans leurs murs. En 1825 un temple protestant y fut ouvert. Entre 1846 et 1849 Félicien Agard, directeur des Salins du Midi et membre de l'Académie d'Aix racheta ce qui restait du couvent et décida d'ouvrir au public une communication entre le cours Mirabeau et la place du Palais de Justice (Place de Verdun). Il ne put réaliser entièrement son projet, face à l'opposition d'un propriétaire et la galerie se termine par un étroit goulot. Des boutiques, des imprimeurs et des ateliers s'installèrent dans cette nouvelle ruelle à l'aspect pittoresque et industrieux, désormais appelée Passage Agard.

Le Passage Agard - Cours Mirabeau, Aix-en-Provence, France

Subjects
Fontaine des Neuf Canons Le cours Mirabeau fut construit sur l'antique route d'Arles à l'Italie, qui passait au pied des remparts de la ville d'Aix. Une servitude datant du 12e siècle établissait à Aix un abreuvoir où les moutons de la Crau venaient se désaltérer dans leur transhumance vers les Alpes. Construite en 1691, cette fontaine repenait cette fonction, comme le montre une margelle surbaissée, à la taille des moutons et un bassin cruciforme aux bras allongés permettant à l'origine de faire boire de nombreux animaux en même temps. Deux des bras du bassin furent tronqués pour faciliter la circulation automobile. La fontaine crache de l'eau par neuf canons, répartis en deux vasques superposées plus un au sommet, pour en augmenter le débit. Elle est alimentée par l'eau de la ville.

La Fontaine des Neuf Canons - Cours Mirabeau, Aix-en-Provence, France

Subjects
Hôtel de Châteaurenard Il fut construit pour un Conseiller au Parlement par Pierre Pavillion. La modénature baroque de sa façade sur rue dessinée par Pavillion a été largement détruite lorsqu'on voulu en moderniser l'aspect aux goûts classiques. Les traces des frontons triangulaires au dessus des fenêtres apparaissent encore sur le mur austère. L'hôtel conserve pourtant un trésor, la peinture en trompe-l'œil qui courve toutes les surfaces de la cage de l'escalier central. Elle montre dans des architectures et das paysages, un perroquet dans une cage suspendue et un valet accueillant le visiteur. Le réalisme de cet immense trompe-l'œil stupéfiait les contemporains de Jean Daret, qui le peignit en 1656. Louis XIV, logé dans cet hôtel durant son séjour de 1660, en fut tellement enchanté qu'il prévint ses gardes contre toute dégradation, en les menaçant de sanctions particulières. De plus, il donna à Jean Daret le titre de peintre du Roi.

Rue Gaston de Saporta, Aix-en-Provence, France

Subjects
Fontaine d'Eau Chaude Construite en 1667 sur des plans de Jacques Fossé, dite "Fontaine moussue" par les aixois, cette fontaine était à l'origine ornée d'un triton, détruit nuitamment par des gens pris de boisson. En 1670, elle reçut quarte angelots supportant une vasque de pierre. Cette fontaine avait une importance particulière, car placée sur le "cours à carrosses", promenade de plaiser et de parade, et dans l'axe de la rue centrale du nouveau quartier Mazarin, residence des parlementaires. Il fut donc décidé en 1687 d'y amener les eaux chaudes jusque là crachées par la fontaine des Bagniers. Son aspect lui vient de la prolifération de mousse et de calcaire due à 18 degrés. En 1708 un décret interdit, non sans difficultés, que les ménagères viennent y faire leur lessive.

La Fontaine d'Eau Chaude - Cours Mirabeau, Aix-en-Provence, France

Subjects
Hôtel de Galice. La façade Louis XIII, dans un style baroque austère, s'orne d'une entrée très travaillée qui offre une leçon de vocabulaire en architecture. La baie de porte en arc plein cintre (semi-circulaire) est encadrée de deux pilastres (colonnes plates) monumentaux décorés par des bossages à refends (épaisses saignées mimant ou soulignant la coupe des pierres), et à pointes de diamants. Ils sont complétés au centre par des pilastres d'ordre doriques engagés (leur partie supérieure applée "chapiteau", est simple et ils sont de faible relief). Ils supportent un entablement en corniche (en léger surplomb) surmontée d'un fronton brisé (interrompu en son centre, typique du baroque) en arc surbaissé (en ovale). Les côtes du fronton sont bordés de deux faux pinacles (faux car ils ne servant pas à équilibrer les forces) surmontés de sphères. Dans le fronton se place un vase de fleurs dans un écusson carré protégé d'une corniche peu profonde. L'ensemble est habilement conçu en biais pour être vu non de face mais de côte, et attirer de loin l'œil du passant vers l'intérieur du vestibule.

Hotel de Galice. The Louis XIII façade, in a baroque style austere, is decorated with a very worked entrance which offers a lesson in vocabulary in architecture. The semi-circular arched doorway is framed by two monumental pilasters (pillars), decorated with bosses (with thick burrs miming or emphasising the cutting of stones), and with diamond points. They are completed in the centre by Doric pillars (their upper part called "capitals", is simple and they are of low relief). They support an entablature in cornice (in slight overhang) surmounted by a broken pediment (interrupted in its centre, typical baroque) in lowered arch (in oval). The sides of the pediment are bordered by two false pinnacles (false because they do not serve to balance the forces) surmounted by spheres. In the pediment stands a vase of flowers in a square shield protected by a shallow cornice. The whole is skilfully designed at an angle to be seen not from the front but from the coast, and to attract from far the eye of the passerby towards the interior of the vestibule.

Rue Pierre et Marie Curie, Aix-en-Provence, France

Subjects
Palais de l'Archevêché L'archevêché fut établi dans ce lieu vers 1340, transporté du faubourg de la Seds, dit "Ville des Tours", trop isolé face à l'insécurite. Le Palais fut sans cesse agrandi jusqu'à la fin du 18e siècle, pour être digne de la puissance spirituelle et temporelle des Princes de l'église qui l'habitaient. Tous les souverains français de passage à Aix y furent logés, de François 1er à Napoléon III. La réconciliation de Louis XIV et de Condé y fut scellée dans le Salon jaune. Un vaste réaménagement fut mené de 1650 à 1730, auquel participa Laurent Vallon. Durant celluici la façade et la porte monumentale de style Régence attribuée à Bernard Toro furent créées (1715). Sécularisé en 1905, il devint un musée en 1910 qui conserve les tapisseries possédées par les archevêques. Ces collections furent enriches de textiles du 20e siècle et d'objets relatifs au Festival d'Art Lyrique. C'est dans sa cour qu'est traditionnellement abrité ce festival international.

Musée des Tapisseries - Palais de l'Archevêché - Place des Martyrs de la Resistance, Aix-en-Provence, France

Subjects
Palais de Justice La destruction en 1785 du palais comtal, vétuste, imposait la construction d'un palais de justice. Commencé en 1787 sur en projet grandiose de Claude-Nicolas Ledoux, il fut terminé entre 1822 à 1833 par l'architecte Michel Penchaud, sur un plan bien plus modeste. C'est que la Révolution et l'Empire avaient ramené Aix, capitale de la Provence, au rang de simple sous-préfecture. Le bâtiment final est précédé d'un portique hypostyle (sur colonnes) qui domine les statues de Portalis et de Siméon. Le premier, juriste né au Beausset avocat, participa à l'élaboration du Code civil, rédigea les articles organiques du Concordat et fut ministre des Cultes de Napoléon (Académie française, 1803). Le second, comte Siméon, juriste, fut ministre de Louis XVIII et membre de l'Institut. L'exercise du pouvoir judiciaire, d'abord par les Comtes de Provence dans leur cour , puis par le Parlement de Provence dans ses Chambres, enfin par les Magistrats au sein du Palais de Justice, fut et demeure un aspect essentiel de la vie d'Aix.

Le Palais de Justice, Place de Verdun, Aix-en-Provence, France

Subjects
Palais des Comtes de Provence Ici se dressait jusqu'en 1785 le palais des Comtes de Provence. Remarquable témoignage des temps, il reliait l'Antique et la Renaissance dans un complexe assemlage architectural. Le palais était solidement assis sur les deux tours romaines de la Voie Aurélienne menant à Rome (aujourd'hui rue d'Italie). Le Moyen Age les comtes de Provence et leur ville. Le Roi René, au milieu 15e siècle y adjoint un corps de bâtiment dont la façade présentait un agencement symétrique, ouvert d'une galerie, et dont la haute toiture aux tuiles vernissées lui était inspirée peut-étre de l'Anjou. Les comtes de Provence y étaient entourés de leur cour et de leurs administrations. Elles y furent remplacées par le Parlement de Provence et ses aprés le rattachement de la Provence à la France en 1481.

Place de Verdun - Rue de Mondar, Aix-en-Provence, France

Subjects
Cours Mirabeau Le cours créé en 1649 sur l'emplacement du rempart de la ville, planté de rangées d'ormeaux, agrémenté de quatré fontaines, n'etait pas un axe d'entrée de la ville. Le "cours à carrosse", à la manière d'un corso d'agrément italien, était un lieu de parade où il fallait voir et être vu . Son extrémité ouest, fermée par une balustrade placée sur le mur d'enceinte, dominait les champs en contrebas. C'est en 1778 que ces champs, remblayés avec les gravats du palais comtal, furent mis au niveau du cours et devinrent la place de la Rotonde. Le cours fut alors fermé par une grille. Cette promenade aristocratique restait interdite aux animaux de bât et au au commerce. Le Cours ne vit s'installer les boutiques et les cafés qu'au début du 19e siècle. Après 1830 des platanes remplacèrent les ormeaux malades. Fierté et symbole de la ville, rebaptisé Cours Mirabeau en 1876, ses chaussées et trottoirs furent entièrement rènovès à la fin du 20e siècle.

Cours Mirabeau, Aix-en-Provence, France

Subjects
La fontaine de la Rotonde Exemple de fontaine monumentale du 19e siècle, rares à Aix, elle fait le lien entre la ville ancienne et les quartiers du dixième agrandissement , ouvrant vers la ville du 20e siècle. Créée en 1860, dans un style écclectique Second Empire par l'ingénieur Théophile de Tournadre, sur des plans de Antoine Curet, mêlant le marbre, la pierre et la fonte, haute de 12 mètres sur 32 mètres de diametre, elle est l'œuvre de quatre sculpteurs différents. Le piédestal hexagonal, orné de dauphins est de Michel. Au sommet, la statue représentant la Justice, tournée vers le cours Mirabeau est de Ferrat, les Arts, vers Avignon, de Ramus, enfin l'agriculture, vers Marseille, de Chabaud, tous trois sculpteurs aixois. Des lions jumeaux la gardent, des enfants chevauchant des cygnes s'y amusent et complètent la décoration. Au 19e siècle, la Rotonde se remplissait d'eau la nuit pour voir see puissants jeux d'eau fonctionner le jour. L'eau est celle de la ville, avec un système de recyclage qui l'économise.

La Fontaine de la Rotonde - Place de la Rotonde, Aix-en-Provence, France

Subjects
Fontaine du Roi René Cette fontaine lie deux symboles d'Aix, l'Eau et le Roi René. Une source est attestée ici depuis le Moyen Age. Captée par les Carmélites, elle fut donnée à la ville en 1698 pour alimenter une fontaine pyramidale. Durant le Révolution une haute statue en plâtre de la Liberté portant la Déclaration des Droits de l'Homme y fut érigée lors de la fête de la Fédération, le 14 juillet 1790. La fontaine actuelle au bassin rond, construite en 1820 subit une première réfection en 1861 après un effondrement. René d'Anjou, Roi de Naples et de Jérusalem, fut le dernier comte de la Provence indépendante, qui l'honore encore en souverain bienfaiteur. Le Roi présente une grappe de muscat qu'il introduisit en Provence. Des livres et une palette symbolisent son amour des arts. La statue, œuvre de jeunesse de David d'Angers, fut inaugurée en 1823 et restaurée en 1995 grâce à deux enterprises aixoises. Sur les côtes du piédestal, les médaillons présentant les conseillers du Roi, artisans de l'union de la Provence à la France "comme d'un principal à un autre principal".

Le Fontaine du Roi René - Cours Mirabeau, Aix-en-Provence, France

Subjects