Les Maisons du Centre Ancien

place and house

Aged unknown

Commemorated on 1 plaque

Les Maisons du Centre Ancien Le centre ancien est marqué par l'exiguïté des rues et des parcelles médiévales; à cette époque chaque parcelle appartenait à une seule famille qui avait un logement au-dessus du commerce. Certaines habitations se distinguent par leur taille et leur architecture (galerie romane rue des Clercs, baies gothiques rue de la Table-Ronde et rue des Clercs). À ka Renaissance, des bâtiments sont construits dans les courts et jardins et sont reliés par des tours-escaliers dont beaucomp sont encore visibles au-des-sus des toits (maisons n° 9 et 19 rue des Orfèvres, n° 45 rue Marchande). Les portes et ouvertures de boutique gardent une forme en arc comme au Moyen Âge, les fenêtres ont des croisées à meneau et traverse. Aux XVIIe et XVIIIe siècles, des hôtels particuliers sont construits sur la réunion de plusieurs parcelles; l'escalier est alors intérieur et de plan carré. La porte sur rue est souvent de forme rectangulaire avec un fronton décoratif, les fenêtres rectangulaires s'organisent en lignes régulières. Les panneaux de porte, cloutés à la Renaissance ou au XVIIe siècle, sont ensuite façonnés en panneaux à moulures, les impostes sont fermées par des ferronneries. À la fin du XVIIIe siècle et au début du XIXe siècle, les réalignements de façades et la création des places aèrent le tissu urbain : pour beaucoup de parcerlles, les éléments anciens de l'archiecture sont relégués en cœur d'îlot. Les immeubles construits au XIXe siècle sont plus hauts et hiérarchisés selon les niveaux, l'étage privilégié (souvent avec un balcon) étant le premier au-dessus de l'entresol. Mais ensuie l'essor démographique reporte les constructions nouvelles vers les quartiers sud, puis nord au XXe siècle.

The Houses of the Old Town Centre The old centre is marked by the narrowness of the streets and medieval plots; At that time each plot belonged to a single family that had a dwelling above the trade. Some dwellings are distinguished by their size and their architecture (Romanesque gallery rue des Clercs, Gothic bays rue de la Table-Ronde and rue des Clercs). In the Renaissance, buildings are built in the courtyards and gardens and are connected by staircase towers, of which beaucomp are still visible above the roofs (houses No. 9 and 19 rue des Orfèvres, No. 45 rue Marchande) . The doors and openings of the shop retain an arch shape as in the Middle Ages, the windows have mullion crossings and crosses. In the 17th and 18th centuries, private mansions were built on the union of several parcels; The staircase is then interior and square plan. The door on the street is often rectangular with a decorative pediment, the rectangular windows are organized in regular lines. The door panels, studded in the Renaissance or in the 17th century, are then shaped into molded panels, the imposts are closed by ironwork.  At the end of the 18th century and the beginning of the 19th century, the realignments of facades and the creation of squares drained the urban fabric: for many parcels, the old elements of archiecture were relegated to the heart of the islet. The buildings built in the 19th century are higher and hierarchical according to the levels, the privileged floor (often with a balcony) being the first above the mezzanine. But in the meantime demographic growth is pushing new constructions towards the southern districts and then north into the 20th century.

Place du Pilori, Vienne, France where it sited